Blogue

charge mentale

La charge mentale ou ce qui te pèse sur la tête :

C’est plus noir.

C’est plus sombre qu’à l’habitude.

Ça me rentre dedans comme un coup de pelle dans face.

J’ai beau essayer de comprendre ce qui se passe, y me vient rien.

La switch d’inspiration se met à off, mon cœur aussi pis j’ai l’impression que le soleil aussi a disparu.

Mes idées se rentrent dedans comme si elles apprenaient à marcher pis j’ai envie d’être aussi seul que Tom Hanks et Wilson.

C’est-tu ça qu’on ressent quand on a une tonne de chapeaux pilés l’un sur l’autre sur le dessus de notre tête?

 

Parce que le pire là-dedans, c’est que c’était mon choix à la base.

Je les ai tous choisis ces chapeaux-là, un par un, choix par choix.

Maintenant qu’ils sont là, maudit que des fois je les trouve lourds.

Lourds à porter, lourds à assumer, lourds de conséquences.

Pis quand je me regarde dans le miroir, je me dis que ça aucun sens.

Il n’y a pas d’humains assez fort pour porter ça pendant 75 ans sur sa tête sans pencher d’un bord ou de l’autre.

Même pas Hugo Girard, même pas Rocky Balboa, même pas le plus grand ni le plus fort.

Pourquoi je ne les dépose pas plus souvent dans la garde-robe d’entrée à l’abri du vent et des voleurs?

Je ne sais pas, pour me prouver, pour me challenger, pour me garder en vie, ou pour montrer aux autres à quel point je suis forte.

Je pense que le moment est venu d’accepter mon mal de tête, mon mal de vivre pis il est temps que j’enlève mes chapeaux une couple d’heures ou de journées.

Juste le temps d’enlever la pression qui pèse depuis trop longtemps.

Je suis rendu là pis clairement, personne ne va le faire à ma place.

Sinon, quelqu’un va se décider à me rentrer dedans assez fort pour tous les faire tomber pis les briser.

Pis ça, je pense que ce serait trop dur à accepter.

 

Donc, je te promets que ce soir, je les déposerai un par un dans la garde-robe jusqu’à demain, au moins.

Pis quand j’aurai retrouvé la force de t’accompagner, je viendrai te montrer comment on fait, juste au cas.


collaboratriceMélanie Bourgoing

Mélanie, 28 ans. Je suis la maman de Lexie et Jake. Mon quotidien est un chaos continue mais je m’y plait bien. Je suis éducatrice spécialisée mais en chemin vers la grande autonomie professionnelle. Ma mission : Aider les jeunes femmes à se retrouver et à définir qui elles sont dans le ici et maintenant par le biais de la thérapie d’impact. L’écriture, c’est mon moyen d’échapper au reste du monde. Je suis ouverte d’esprit, amusante et un peu spirituelle. Je tente d’adopter une nouvelle philosophie depuis quelques mois qui est de prendre le temps et j’adore ça 🙂

Partager cette publication

One Comment

    • Karen Morissette

    • février 24, 2019 at 16:57

    Parce que cette femme là est une des plus inspirante que je connaisse!!! Merci de nous faire voir le vrai sens de la vie quand trop souvent on s’y perd!!!

Leave your thought here

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *