Blogue

alesia-kazantceva-283291

L’emploi stable

Aujourd’hui, ça fait sept mois que je travaille pour une entreprise d’envergure. Je travaille du lundi au jeudi de 8 h à 16 h. J’ai un vrai horaire régulier, un vrai emploi stable qui m’a demandé un diplôme. Je suis fière de ce que j’ai accompli et je rêvais du jour où cela allait enfin se réaliser.

Qui n’a pas déjà souhaité, durant les études et ayant un emploi d’étudiant, de se dire qu’un jour, je vais travailler de 9 h à 17 h (ou 8 h à 16h) du lundi au vendredi. Fini les 16 h — 21 h de temps partiel d’étudiant par-ci et par-là, sans compter les fins de semaine de travail.

emploi stable, choix

De mon côté, je suis une personne matinale et donc plus motivée le matin. Est-ce que j’aime la régularité de l’emploi? Oui à 100 %. J’ai mes petites habitudes, ma routine et surtout mon long transport pour me rendre au travail. En fait, j’habite à Saint-Jérôme et je travaille à Montréal. Ce n’est pas si pire… (ou pas), mais c’est tout de même un 3 h 30 de trajets par jour. Heureusement, je prends le train, ce qui est, selon moi, bien plus avantageux que de conduire dans la congestion routière. À titre comparatif, le trajet est de même durée, sauf que je peux en profiter davantage dans le train. Je suis alors productive, en écrivant mes articles, en lisant un bon livre pour me changer les idées.  J’adore ce moment de ma journée. En plus, ça m’oblige, entre la station et le boulot, à marcher un 20 minutes, ça rend en forme.

emploi stable

Ce que j’aime plus que tout, c’est définitivement mes semaines de quatre jours. Déjà qu’une fin de semaine de deux jours ça passe vite, pourquoi ne pas en avoir trois si nous pouvons nous le permettre? Je suis peut-être d’allure rebelle à ce sujet, mais j’ai toujours eu deux emplois en même temps dans le passé. Aujourd’hui, je veux profiter de mes moments, surtout que je m’occupe un peu beaucoup de mon blog entre temps.

Cependant, parfois, la décision n’est pas que de toi… Il faut, à mon avis, pouvoir avoir le privilège de choisir son mode de vie, faire un beau mélange de vie professionnelle et vie personnelle. Par contre, certains emplois ne te laissent pas trop le choix.

Dernièrement, on m’a alors imposé un choix qui pourrait changer le cours de ma vie, un choix qui changerait ma routine… Il faut que j’assume alors UNE décision finale.

Est-ce la vie que j’ai tant rêvé?

Des semaines régulières de travail? Oui, lorsque j’étais au secondaire et au cégep je rêvais de ça.

Aujourd’hui? J’ai évolué, et je veux des semaines de quatre jours. Et plusieurs facteurs entre en ligne de compte, comme la distance de mon lieu de travail. Alors, si on ne me donne pas le choix, je vais y réfléchir deux fois… Mes choix?

  1. Conserver ma stabilité d’emploi et évidemment stabilité salariale.
  2. Retourner à la case départ, je me permets d’être libre et de rêver... Je recherche ma voie et/ou je crée l’emploi de mes rêves.

emploi stable, choix

En ce moment je vis entre deux voies, une décision et un futur.

La suite sera dévoilée au chapitre deux. À suivre.

Dans cet article :  Début 20e : Vivre ses rêves  Je me posais déjà des questions.
Partager cette publication

Comments (6)

  1. Et à qui ressemblerais tu d’après toi ?
    Il ne faut pas confondre : Rêver sa vie et vivre ses rêves !
    Si vous n’êtes pas prêt à tenter l’extraordinaire, vous devrez alors vous contenter de l’ordinaire! (Jim Rohn)
    Bonne chance ma grande fille fais toi confiance et fonce.
    Papa

    1. Merci beaucoup papa ! Tes encouragements me touche beaucoup xo

  2. […] pouvez retrouver le chapitre un de mon aventure, si jamais vous ne l’avez pas encore lu. Voilà alors la suite de cette aventure, soit le […]

  3. […] Chapitre un : La vie d’adulte que j’avais tant rêvé – L’emploi stable […]

  4. […] Chapitre un : La vie d’adulte que j’avais tant rêvé – L’emploi stable […]

  5. […] j’ai eu un emploi dans le domaine de la mode, et j’ai vécu plusieurs questionnements (voir ici le début de mon aventure). Nous sommes devenus de vrais adultes avec mon amoureux. Nous évoluons constamment. Je dirais que […]

Leave your thought here

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *